samedi 10 septembre 2016

Journées du Patrimoine 2016 au Domaine de Rieussec à Gignac

L'association vous convie au Domaine de Rieussec, à Gignac, pour ces journées du Patrimoine le samedi 17 et dimanche 18 septembre 2016. Vous pourrez découvrir les trois jardins (à la française, à l'anglaise et spirituel) qui ornent ce domaine viticole du XVIe siècle. L'ensemble des jardins est classé monuments historiques. 

Entrée du Domaine de Rieussec, Route d'Aniane, Gignac,
cliché Caroline Millot, Journées du Patrimoine 2015.

La visite guidée des jardins, proposée par Caroline Millot, sera suivie d'une dégustation des vins du domaine de Rieussec proposée par Madame Marie-Hélène Deltort, propriétaire récoltante. Ce domaine viticole, situé entre le centre du village d'Aniane et celui de Gignac, appartient à la même famille depuis plus de cinq siècles.

Vue du pigeonnier et de la porte d'entrée de la cave du Domaine de Rieussec,
cliché Caroline Millot, Journées du Patrimoine 2015.


Domaine de Rieussec
Route d'Aniane
34150 GIGNAC
Téléphone : portable 06 07 38 21 22 ou fixe 04 67 57 54 11

De 10 heures à 19 heures
Sans réservations - GRATUIT

Lien site internet du Domaine de Rieussec :

Lien site internet du Ministère de la culture :


vendredi 9 septembre 2016

Exposition "trâces de sel" Archives départementales du Gard

Nous remerçions vivement les Archives départementales du Gard pour l'invitation à découvrir l'exposition Trâces de sel.

Nous en profitons pour ajouter notre grain de sel !
L'entretien de la saline royale de Peccais incombait aux ingénieurs du roi sous le règne de Louis XV.

En 1765, Jacques-Philippe Mareschal établissait des plans pour le canal des salins de Roquemaure. Le directeur des fortifications Mareschal dressa, à partir de 1741, des plans près d'Aigues-Mortes pour les salins de Peccais dont on peut voir les plans aux Archives de l'Inspection du Génie à Vincennes et aux Archives départementales de l'Hérault. Le projet d’assèchement des marais autour d'Aigues-Mortes avait déjà été soumis par Colbert sous le règne de Louis XIV. Le fort de Peccais était un poste important puisqu'il était destiné aux agents royaux de la Gabelle.

Plan de la Grande robine d'Aigues-Mortes et des derniers ouvrages qui ont été faits à l'étang du Repausset, Jacques-Philippe Mareschal, conservé aux Archives départementales de l'Hérault :

Véritables travaux publics, les dessèchements de ces espaces arides, paysages pittoresques, permettaient de réduire les maladies dues aux nappes d'eaux stagnantes et d'assurer une meilleure circulation des voitures de sel.

Exposition sur le sel du 8 juillet 2016 au 16 juin 2017
Entrée libre
Archives départementales du Gard
365 rue du Forez - Nîmes
Renseignements 04 66 05 05 10


mardi 6 octobre 2015

Information Journée d'études "L'architecture et l'urbanisme des ingénieurs 1650-1850 Paris, provinces et capitales européennes

Nous sommes heureux de vous informer du déroulement d'une journée d'études consacrée à l'architecture et l'urbanisme des ingénieurs. Organisée par Basile Baudez, Alexia Lebeurre et Dominique Massounie avec le concours des Universités Bordeaux-Montaigne, Paris-Ouest-Nanterre, Paris-Sorbonne, de la Ville de Versailles et du GHAMU, cette seconde rencontre porte un regard sur le projet urbain et l'architecture publique monumentale des ingénieurs entre 1650 et 1850 à Paris, en province et dans les capitales européennes. La première rencontre, le 8 novembre 2014, fut dédiée à l'habitat. La troisième rencontre aura lieu au printemps 2016.

Pour plus de renseignements, télécharger le programme :
sur le site internet du GHAMU : http://www.ghamu.org/spip.php?article524

sur le blog de l'APAHAU : http://www.histoire-architecture.org/wp-content/uploads/2015/09/programme-Architecture-des-ingenieurs.pdf

Lieu : Bibliothèque municipale de Versailles, Galerie des Affaires étrangères au 5 rue de l'Indépendance américaine 78000 Versailles
Horaires : 9h30 à 17h

lundi 14 septembre 2015

Journées Européenne du Patrimoine au Domaine d'Alco à Montpellier

Visite guidée du domaine d'Alco à Montpellier

Le samedi 19 et le dimanche 20 septembre 2015 à 10h00

Pour ces rencontres tant attendues des Journées Européennes du Patrimoine, l'association Mareschal vous invite à Montpellier au Domaine d'Alco afin de visiter les extérieurs du Domaine d'Alco et ses jardins à la française, propriété du Conseil Général de l'Hérault depuis 1980.

Caroline Millot, docteur en histoire de l'art, organise une visite du Château d'Alco à 10h00 le samedi 19 septembre, et une le dimanche 20 septembre à la même heure. Cette splendide maison des champs dans la campagne, proche de Montpellier fut achevée en 1744. C'est à Antoine-Samuel Bonnier d'Alco que l'on doit la construction dudit château et des jardins dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Entrée gratuite

Pour les enfants, un jeu de piste : La ciste du jardin d'Alco

Le jeu de la ciste est ludique et s'apparente à une chasse au trésor en plein air. Nom latin, famille, origine ou particularités de la plante présente dans le jardin du Domaine d'Alco, pourront vous aider, à l'aide d'indices, à accéder au trésor. 
Horaires les samedi et dimanche de 10h00 à 11h30 et de 14h30 à 17h30. Entrée gratuite

Infos pratiques :
Tram Ligne 1 : arrêt Château d’O
Tram Ligne 3 : arrêt Hôtel du département
Stationnement des vélos et motos à l'intérieur du site

http://www.herault.fr/2015/09/10/decouvrez-patrimoine-herault-19-20-septembre-20074



mardi 12 novembre 2013

Le système Mareschal : redoutes, tours et signaux

Les projets et constructions défensives mises en place par Jacques-Philippe Mareschal (1689-1778) trouvent une cohérence et une homogénéité dans leur ensemble car, de par leur nature et leur étendue, ils prospèrent sur toute la côte du littoral méditerranéen. L’historien Didier Catarina indique qu’à partir de 1743, la côte de Languedoc va se garnir de douze signaux, trois redoutes, et une batterie fluviale. En ce qui concerne le Languedoc, la défense côtière s’avère différente de celles de ses voisins, le Roussillon et la Provence, par la seule nature de leurs sols et littoraux. Les quatre caps, avancés sur la mer Méditerranée, toujours de l’Ouest à l’Est sont : le cap de Leucate, le cap Romarin, le cap Saint-Pierre et le cap d’Agde. 
La guerre de Sept ans a montré les faiblesses des côtes françaises. Elle a invité le royaume de France a renforcer sa marine et particulièrement la défense de côtes. Les anglais débarquèrent sur les côtes de Bretagne en baie de Cancale en juin 1758. Suite à cela, en novembre 1758, le maréchal de France Charles O’Brien de Thomond (1699-1761), commandant en chef du Languedoc, eut en charge l’inspection des cinq capitaineries de Languedoc. Il prévoyait de nouveaux ouvrages de défense jusqu’à sa mort à Montpellier en 1761. Trente ans auparavant, Mareschal l’avait probablement rencontré au siège de Kehl en 1733 alors qu’il se nommait Lord Clare. La même année 1758, le nouveau secrétaire d’Etat à la guerre, le maréchal Charles-Louis-Auguste Fouquet duc de Belle-Isle décide de renforcer plus encore l’ensemble du dispositif côtier du royaume déjà réfectionné depuis l’arrivée de Mareschal en 1739 en Languedoc.

A partir de 1760, des postes de surveillance sont définis et des fournitures alimentent régulièrement les signaux de la côte. Ayant examiné régulièrement les places fortes de Languedoc durant près de 35 ans, l’ingénieur peut ainsi réaliser l’ Atlas des places de Languedoc daté du 1er août 1775 . Il introduit un historique de chaque place forte et donne des descriptions de la côte et des ouvrages pour sa défense pendant la guerre de 1756 ainsi que des lavis correspondant à chaque mémoire. Les trois forts Richelieu, Saint-Pierre et Saint-Louis, à Sète, constituant, au Siècle des Lumières, l’ensemble défensif de la ville, sont indissociables de la sérénité commerciale du port de Sète. Ils appartenaient au département de Sète. Ces trois forts sont détaillés dans l’Atlas des places fortes de Languedoc de 1775 de Jacques-Philippe Mareschal. Ces trois mêmes forts s’intégraient au système Mareschal.
La troisième phase du projet Mareschal prend alors corps grâce à de Thomond. Les états de Languedoc votent quarante mille livres pour ces constructions. Malgré leur réticence à assurer ce financement, Mareschal soutenu par des hommes influents peut finaliser son dessein. Le système de défense est maintenant cohérent. Amendant ses projets quand il en reconnait les insuffisances ou les inconvénients, Mareschal fait avancer les travaux au mieux des possibilités de la province de Languedoc. Il fut soutenu avec vigueur par le marquis d’Asfeld, et par le secrétaire d’état à la guerre, Comte d’Argenson.

Recenser, répertorier et analyser ses mémoires et ses plans, permet de mettre en évidence la conception d’un système cohérent de défense tant au niveau architectural que militaire. Au cabinet et sur le terrain Jacques-Philippe Mareschal a défendu les intérêts de sa province d’adoption. Avec ce système réalisé sur une vingtaine d’années, avec bon sens et expérience, il a su tirer tous les avantages de la situation au gré des financements et des guerres. La multiplication des ouvrages fortifiés, modifiant sensiblement le paysage côtier, dota le littoral méditerranéen d’un élément d’identité commun. Son ambition était donc de doter la province de postes fixes. Tel un circuit devant former un espace infranchissable, la ligne de défense entreprise par Mareschal avait pour objet de bloquer l’ennemi. Mareschal énonçait un système à trois objectifs : garder, protéger, surveiller. Les plages devaient être imprenables : le système était basé sur une enfilade de redoutes simples, de redoutes à batteries et de tours à signal. Plus mentionné qu’analysé, le système Mareschal est toutefois présenté dans l’ouvrage Le Languedoc, le Roussillon et la mer, des origines à la fin du XXe siècle de Jean Rieucau et Gérard Cholvy. Didier Catarina, Bernard Cros, Henri Ribière ou encore l’historien Jean Sagnes ont menés préalablement des recherches, en 1992, sur la défense des côtes du Languedoc.
Après une période d’hiathus, nous avons voulu montrer par notre point de vue, l’intêret de ce sujet d’étude que caractérisent les travaux côtiers de Mareschal. Durant le 134e congrès national organisé en 2009 par le Comité des Travaux Historiques et Scientifiques (C.T.H.S) ayant pour thème « Célèbres ou obscurs, hommes et femmes dans leut territoire et leur histoire », nous avons proposé, pour la section Acteurs célébres ou obscurs de l’aménagement du territoire, un éclairage sur la mise en place du système de défense des côtes méditerranéennes. Le titre de la communication dispensée était Jacques-Philippe Mareschal (1689-1778) : Une personnalité au service de l’architecture militaire en Languedoc au XVIIIe siècle.

Le projet de Mareschal a longuement mûri avant d’être définitivement mis en place. Pour toutes les sortes d’édifices dont il avait la charge, la qualité des matériaux lui importait. Les redoutes et forts qu’il a construits. et qui sont encore en élévation témoignent de leur solidité. Par exemple, la redoute du Grand-Travers montre encore à ce jour les qualités imposées par le directeur des fortifications. Après examen du projet de défense du littoral de Mareschal, trois cycles de production se dégagent en 1741, 1744 et 1758. Les deux premières années correspondent aux constructions et réalisations des édifices côtiers et la dernière année se réfère au procès qui suivit la réalisation du système. En homme d’expérience, Jacques-Philippe Mareschal propose une ligne d’ouvrages légers composée d’un ensemble d’une quinzaine de tours et forts dont l’objectif est de circonscrire la côte du Grau de la Vieille Nouvelle au Grau d’Orgon. Le golfe du lion sera de la sorte frangé de redoutes, forts qui affirmeront la puissance militaire des français face aux anglais. Si nous reprenons les termes du Maréchal de Thomond, l’ennemi est le «corsaire anglois». Comme le rappelle d’Argenson régulièrement dans ses Mémoires, au cours du XVIIIe siècle les frontières terrestres françaises étaient bien protégées, mais il n’en est pas de même pour les côtes maritimes menacées par les flottes anglaises, hostiles depuis 1688. L’ingénieur Antoine Niquet a rédigé un Mémoire sur les entreprises des ennemis aux côtes de Languedoc. Il n’était pas exagéré, de la part de Didier Catarina, d’intituler le chapitre relatifs aux grands travaux de Mareschal « Une lutte de longue haleine ».

La réalisation du projet de circonscription nommé « système Mareschal » fut très progressive à l’image de l’abandon dont elle est la victime.

Vue du signal du Grand-Travers à La Grande-Motte, Jacques-Philippe Mareschal, photographie, La Grande-Motte, 2008, cliché Caroline Millot.


Jacques-Philippe Mareschal, Plan d’une des redoutes à faire le long de la cote de Languedoc, 1741, plume lavis et encre noire, A.D. Hérault, C 816/1, 435 x 850 mm, cliché Caroline Millot.


Extrait de la thèse de Caroline Millot, Jacques-Philippe Mareschal (1689-1778), ingénieur du roi et architecte au XVIIIe siècle (Volume 1), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en Histoire de l’art, CENTRE LEDOUX/INHA, EA HiCSA 4100, 2010.

A l'attention de nos lecteurs Belfortains

Je propose ici un extrait de ma thèse en histoire de l'art, à l'attention de nos lecteurs Belfortains, archivistes ou simples citoyens, sensibles au patrimoine de leur ville. En effet, Jacques-Philippe Mareschal (1689-1778) a laissé son empreinte à Belfort en modelant la place d'Armes, encore en place. A la fin du XVIIe siècle, chez les ingénieurs du roi, la mode est à servir le roi et défendre le royaume de France. Dans la mémoire de tous, le nom de Vauban est celui dont on se rappelle le mieux. Pour autant, il y a des centaines d’autres ingénieurs du roi formés par et pour le corps des fortifications. Ces ingénieurs sont classés dans la section « Ecole de Vauban » que l’on dissocie des ingénieurs de l’Ecole de Mézières, formés plus tardivement dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Jacques-Philippe Mareschal se rattache à cette section d’ingénieurs militaires issu de l’Ecole de Vauban. La vie Mareschal est un acte en deux pièces dont la première se déroule dans la province d’Alsace et la seconde en Languedoc.

Ce qui nous interpelle, tout d’abord dans cette recherche scientifique et historique, c’est le nombre important des documents d’archives concernant l’ingénieur militaire. L’organisation polémologique a permis de retrouver des documents historiographiques de première main. Les architectures de cet homme cultivé trouvent leur origine sur le terrain et dans les fonds d’archives militaires ou publiques qui doivent être révélées au lecteur pour une meilleure compréhension de l’ensemble étudié. En posant comme préambule que Jacques-Philippe Mareschal est un ingénieur militaire, les travaux de recherches se portèrent tout naturellement vers l’ancien Service Historique de l’Armée de Terre (S.H.A.T.) reconverti en Service Historique de la Défense (S.H.D.), à Vincennes. 

Vous me permettrez, pour dépeindre le tableau de la vie de Mareschal, un emprunt au chapitre X du Songe de Poliphile : Tant de magnificence ne peuvent que perdre à mes descriptions, veuillez donc, chers lecteurs intelligents, suppléer par tous les moyens de votre imagination, à ce qui m’est impossible de vous exprimer

La carrière de Jacques-Philippe Mareschal, étalée dans le temps, de 1707 à 1777, connaît une ascension jusqu’au point d’orgue de sa nomination de directeur des fortifications de Languedoc en 1739. Sa renommée s’est ainsi formée de son vivant. Durant près de soixante dix ans, l’ingénieur Mareschal a produit des dessins et des projets. Cette longue période d’exercice traduit une évolution du goût et de la pensée de l’ingénieur du roi. Il est peut être bon de rappeler que, lorsque Mareschal fut formé, les ingénieurs du roi s’occupaient alors essentiellement des fortifications et non des ponts et chaussées dont la construction était réservée à d’autres ingénieurs. Jacques-Philippe Mareschal a vécu au cours des règnes de Louis XIV, sous la régence et le règne de Louis XV, longue période durant laquelle le progrès de la science et les nouvelles découvertes inspiraient les grands esprits. A l’image de ses confrères ingénieurs des places fortes, il fut éduqué à la lecture des traités militaires.

Maintenant qu’est connue l’origine parisienne de Jacques-Philippe-Eléonore Mareschal, il est possible d’observer le milieu familial dans lequel il a grandi puis dans un second temps, sa descendance. Le 25 janvier 1718, à l’âge de 28 ans, Jacques-Philippe épousa une jeune femme issue d’une famille bourgeoise de Belfort : Jeanne-Claude Ferrier du Châtelet (1700-1756) âgée de 18 ans. Après son veuvage en 1756, Jacques-Philippe Mareschal ne convola pas en secondes noces. Son épouse fut enterrée à Montpellier.

C’est bien à Mareschal que l’on doit l’édification autour de la place d’armes d’une collégiale, actuelle cathédrale Saint-Christophe, d’un hôtel particulier, aujourd’hui mairie de Belfort et d’un arsenal qui conserve encore une fonction militaire. Comment l’aménagement des différents édifices belfortains allait-il être opéré par Mareschal ? Il faut imaginer qu’il a observé la cohésion de l’ordonnancement dès sa première réalisation, à savoir l’hôtel Noblat, en 1721. En effet, l’étude de l’ensemble des édifices de la Place d’Armes permit de révéler des moyens et des étapes de la construction de cette place. On souligne que Mareschal a rarement collaborer avec d’autres architectes. A Belfort, l’exemple de collaboration pour la collégiale Saint-Christophe est unique. Se plaisait-il à travailler seul ? L’examen de son œuvre atteste qu’il a travaillé indépendamment sur les projets d’édifices militaires ou civils. Les comptes de la ville conservés montrent les liens sociaux entretenus par l’administrateur de Belfort et les ingénieurs du roi en place dans la petite ville. Entretien des espaces publics ou locations de logements aux hommes des fortifications sont répertoriés dans les archives. Jacques-Philippe Mareschal était soutenu par différents dirigeants dans chaque province. A Belfort, il était largement encouragé par son ami François Noblat, subdélégué de l’intendant d’Alsace qui s’affiche comme un véritable mécène tant pour l’ingénieur que pour la ville, elle même. La place d’Armes a été conçue essentiellement par deux hommes : François Noblat et Jacques-Philippe Mareschal, comme le montrent les travaux d’Yvette Baradel.

Dans les années 1720, Jacques-Philippe Mareschal est âgé d’une trentaine d’années. Il travaille alors à Belfort ; ville déployant le second système de Vauban, qu’il connait bien pour en avoir dresser régulièrement des plans et mémoires dès 1711. Ce qui subsiste aujourd’hui de l’hôtel particulier Noblat, actuelle Mairie de Belfort, ne permet pas de voir dans son entier quelle était la distribution de l’édifice dans les moindres recoins. Cependant, grâce aux plans inédits de 1721 découverts au cours de cette recherche, l’hôtel particulier commandé par François Noblat à Mareschal, a enfin livré quelques-uns de ces mystères. Les sources consultées aux Archives Départementales du Territoire de Belfort ont, en effet, révélé un fonds constitué d’une douzaine de plans de l’hôtel datés de 1721. La série dévoile deux propositions de distribution. L’analyse des plans actuels, confrontés à ces deux propositions, permet d’affirmer que la réalisation fut un mélange des deux démonstrations d’aménagement.

 Nous avons pu constater que ces travaux d’ensemble tombèrent dans l’oubli au fil des siècles. L’heure est donc à la restauration de la mémoire de la ville de Belfort. Il a été donné à Mareschal, dès son début de carrière, de concevoir une ville neuve. Ses plans, dès 1711, montrent les espaces vacants que Vauban avaient structurés. Mareschal, grâce à la confiance de Noblat,y place des édifices dont la fonction a toute son importance pour la société : le pouvoir religieux fait écho au pouvoir royal en place qui répond lui-même au pouvoir militaire, le tout sur une même place. La ville neuve correspond à une renaissance. Ce nouveau quartier constitue alors une nouvelle ville, opposée à la vieille ville comme l’indiquent les plans que Mareschal a dessinés. Réalisant plusieurs édifices de fonctions différentes, en une dizaine d’années, Mareschal a laissé une empreinte durable à Belfort.

Jacques-Philippe Mareschal, Befort ?, 2 novembre 1716, plume lavis et encre noire, Vincennes, A.I.G. 1 VH 239, cliché Caroline Millot.

Extrait de la thèse de Caroline Millot, Jacques-Philippe Mareschal (1689-1778), ingénieur du roi et architecte au XVIIIe siècle (Volume 1), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en Histoire de l’art, CENTRE LEDOUX/INHA, EA HiCSA 4100, 2010.













mercredi 15 mai 2013

Territoire : Les Jardins de la Fontaine à Nîmes, une oeuvre de l'ingénieur Mareschal


Marlène Laroche, journaliste en charge de l'émission télévisée Territoire, a souhaité faire un reportage sur les Jardins de la Fontaine à Nîmes et sur notre association qui a pour objet de valoriser l'oeuvre écrite et architecturale de l'ingénieur du roi Jaqcues-Philippe Mareschal (1689-1778). Cette émission est une balade qui part à la découverte du patrimoine de la  région Languedoc-Roussillon dont les Jardins de la Fontaine sont une représentation pour le XVIIIe siècle. Dans le cadre de cette émission, le parcours de l'eau à Nîmes est retracé à travers l'histoire de ce jardin remarquable.

Nous avons tourné ce reportage le jeudi 11 avril 2013 aux Jardins de la Fontaine avec la présentatrice Marlène Laroche et le journaliste Frédéric Cillier. Des reproductions de plans du XVIIIe siècle de l'ingénieur du roi, Jacques-Philippe Mareschal (1689-1778) appuient notre propos pour cette visite. L'association Mareschal et l'histoire de la construction de ce jardin sont présentés dans le reportage.

L'émission, qui dure 40 minutes environ, sera diffusée une première fois sur TVSUD le vendredi 24 mai 2013 à 20h45. Nous vous souhaitons une agréable découverte de ces jardins.

http://www.dailymotion.com/video/x1070ri_territoire-nimes-et-l-eau-24-05-2013-partie-1_creation

Les diffusions de l'interview pour l'émission "Territoire" à Nîmes :

Sur TV SUD (TNT canal 33)
vendredi 24 mai 2013 à 20h45

REDIFFUSION de L'EMISSION
Sur TV SUD (TNT canal 33)
samedi 25 mai 2013 à 15h
dimanche 26 mai à 16 h
lundi 27 mai à 16h

Sur LCM (TNT canal 30)
samedi à 17h et à 23h15
dimanche à 16h15



Nous remercions nos partenaires pour leur soutien :


De la pédagogie au jardin

L'association Mareschal, toujours soucieuse de porter de nouveaux projets, a répondu avec plaisir à la demande d'Arnaud Portalier, enseignant au Collège Max Rouquette de Saint-André de Sangonis, pour la préparation de son projet pédagogique qui porte sur les jardins de la région Languedoc-Roussillon. Ce projet s'adresse aux élèves de cinquième et de quatrième dudit collège. Alix Audurier-Cros et d'autres acteurs ou encore propriétaires de jardins prennent également part à la préparation de ce projet qui a pour objectif de sensibiliser le jeune public à l'art des jardins.

Nous avons apporté tout notre soutien à Arnaud Portalier afin qu'il puisse porter au mieux ce projet pédagogique et effectuer, à la fin du mois de mai, une visite historique au Jardin de la Fontaine à Nîmes. Un dossier pédagogique comprenant des extraits du projet de l'ingénieur Jacques-Philippe Mareschal ainsi que des reproductions des plans du jardin au XVIIIe siècle signés de la main de l'ingénieur parisien ont été mis à sa disposition.

Nous espérons que son projet "Un jardin, une époque" se poursuivra l'année prochaine. Aussi, c'est avec le plus grand plaisir que nous l'accompagnerons pour effectuer à ses côtés une visite du jardin. De plus amples renseignements sur ce projet sont mentionnés dans la lettre de l'association des Parcs et jardins du Languedoc-Roussillon JARD'INFO n°35 publiée en juillet 2012 (page 18).



Nous remercions nos partenaires pour leur soutien :





vendredi 25 janvier 2013

Visite du Jardin partagé de la Cavalerie - Montpellier

Une rencontre est organisée au Club de la Cavalerie le mercredi 30 janvier 2013, à partir de 14 heures. Une visite des plantes de Montpellier et autres plantes du jardin sera proposée par Caroline Millot. Les enfants du centre de loisirs Jules Verne participeront à cette manifestation culturelle qui sera suivie d'un atelier de dessin.

Les jardiniers, les adhérents du Club de l'âge d'Or ainsi que les membres de l'association Mareschal sont conviés à cette manifestation culturelle. Vous pouvez également vous joindre à nous.